Conseils pour investir en résidence étudiante

Accueil
Actus
Conseils pour investir en résidence étudiante

Conseils pour investir en résidence étudianteL’offre de la résidence étudiante est actuellement plus faible que la demande, ce qui est rassurant pour un investisseur, mais quelques critères importants doivent être pris en compte avant de se lancer…

Tout d’abord, l’emplacement !

Choisir la proximité d’une faculté, d’écoles ou bien d’un campus universitaire est une évidence ou d’un lieu à proximité d’un arrêt bus ou métro.L’étudiant, par définition, n’est pas encore entré dans la vie active et ne dispose pas, en théorie, de revenus lui permettant d’acquérir et d’entretenir un véhicule.La proximité de commerces, de sites de  loisirs et de sports est aussi un facteur supplémentaire.

Le dynamisme des Régions !

La majorité des grandes villes françaises disposent d’infrastructures étudiantes (IUT, BTS, Facultés, grandes écoles), mais dans certaines régions, l’offre est encore largement inférieure à la demande. Il convient donc de faire un choix parmi les 6 grandes régions suivantes: l’IDF avec plus de 635 000 étudiants, l’Aquitaine (111 600), Provence-Alpes-Côte d Azur (156 000), le Rhône-Alpes (255 000), la région Midi-Pyrénées (122 000) et le Nord-Pas-de-Calais (163 000).

Placement à long terme !

L’investissement en résidence étudiante représente un placement dit « de garde », autrement dit, c’est l’investissement idéal pour vous constituer un revenu complémentaire ou préparer votre retraite.Pa ailleurs, la récupération de la TVA à 20% est possible pour les loueurs ayant opté pour le statut LMNP (loueur meublé non professionnel), moyennant une durée de location sur 20 ans.

La défiscalisation !

Deux cas de figures : 

  1. Une réduction d’impôts équivalente à 11% du montant HT de l’achat du bien (dans la limite de 300 000€) sur une durée de 9 ans (soit 3600€/an)
  2. Amortissement comptable du bien, sur une période de 25 à 30 ans, permettant la non imposition partielle ou totale des loyers perçus. L’amortissement viendra en effet s’ajouter aux déductions existantes comme les charges, la taxe foncière, les intérêts…etc, de même que  le montant de la TVA sur l’acquisition, qui pourra être récupéré, quelque soit l’avantage fiscal choisi.

Un gestionnaire compétent !

La gestion d’un bien immobilier quel qu’il soit, nécessite une certain nombre d’opérations « chronophages », mais indispensables comme l’organisation des visites, la rédaction des actes, les états des lieus d’entrée et de sorties, la perception des loyers…qu doivent être confiée à une société de gestion sérieuse, car si elles représentent au minimum 10% de commissions prélevées sur le loyers,  elles garantissent néanmoins la tranquillité de l’investisseur et la pérennité de son investissement.

Il n'y a pas de commentaire, mais vous pouvez être le premier



Laisser un commentaire



Contactez-nous

   Obtenir plus d'informations
Investir dans une résidence
Vendre dans une résidence
Archives

Recherche